4 manières d’écrire une mauvaise copy

En copywriting, on se demande rarement ce qui fait une mauvaise copy.

On cherche  davantage à savoir ce qui en fait une bonne.

Pour rappel, une bonne copy est celle qui pousse vos clients à l’action (s’abonner, acheter ou cliquer).

Elle doit montrer à votre client comment cette action peut résoudre son problème. Votre succès est garanti si vous respectez cette règle d’or.

Toutefois, vous ne rédigez pas de contenu pour montrer votre aisance à la plume. On ne vous paie pas pour écrire de la grande littérature.

Ceci est plus du ressort d’un écrivain. Pourquoi? Parce qu’un écrivain est celui qui aiment jouer avec les mots et l’imagination de ses lecteurs.

Par contre, il n’écrira jamais une copy pour vos clients, et il ne changera ni de ton, ni de style du jour au lendemain.

Mais un copywriter devra se mettre ‘dans une nouvelle peau’ et adapter son style en fonction du public auquel il s’adresse.

Et que se passe-t-il s’il ne s’adapte pas à son public-cible?

Bien, il se peut qu’il écrive de mauvaises copies dans ce genre …

Lyrique

Copy lyriqueC’est le type de contenu que vous lisez lorsqu’il est écrit par un amoureux des mots. Il pense qu’il est passé maître dans l’art.

Et il aime tellement les mots … que sa copy est truffée de mots alambiqués et compliqués – à n’en pas finir.

Il n’est pas féru des mots courts. Non. Pour un mot court, il optera pour un synonyme proche et plus long. Par exemple, il utilisera “démontrer” à la place de “prouver”.

Et ce n’est pas tout.

Un Copywriter doit utiliser des mots simples MAIS également faire des phrases simples. L’idée est de se faire comprendre par un maximum de gens. Et non pas par une élite, sauf dans certains cas.

Mais notre Copywriter lyrique aura recours à des phrases longues et complexes.

Le problème, c’est que personne ne le comprend. Son contenu embrouille le lecteur dès le début..

Pire même: cela prend tellement de temps de comprendre ce à quoi il veut en venir que son public est déjà passé à autre chose.

Bref, c’est une mauvaise copy.

Intelligent

Copy intelligenteLui, c’est le Copywriter qui pense qu’il est brillant. Il joue toujours au-dessus de la mêlée. Et son contenu est là pour le prouver.

Toutefois, si vous écrivez du contenu dit ‘intelligent’, il se peut que vous passiez à côté de l’essentiel:

C-O-N-V-E-R-T-I-R

Vous n’augmenterez jamais votre taux de conversion avec des tournures de phrases alambiquées. Cela risque d’irriter vos clients potentiels, ou même de les “larguer” totalement.

D’ailleurs, c’est ce qui m’est arrivé une fois.

A l’occasion d’un travail de groupe, on m’avait demandé de rédiger du contenu pour des espaces publicitaires. Pour l’un d’entre eux, j’ai utilisé un mot en argot afin de rendre ma copy plus naturelle et informelle.  Mais la plupart des gens n’ont pas compris ce que je voulais dire.

Pire même: ce n’était même pas de l’argot.

Donc, faites bien attention à vos tournures de phrases, vos jeux de mots, ou bien encore le jargon que vous utilisez.

Dans certains cas, vos client ne saisiront pas trop ce que vous voulez dire. Et ils auront la fâcheuse impression que vous essayez de les impressionner.

L’essence même de tout contenu en copywriting est de satisfaire les besoins / répondre aux problèmes de vos lecteurs. Pas de les impressionner.

Incroyable

Copy incroyableUn autre exemple de mauvaise copy: il n’y a rien de pire que d’écrire une copy qui vous fait passer pour un beau parleur… Vous voyez ce que je veux dire?

Exemples.

Vous avez, sans doute, dû déjà recevoir dans votre boîte mail ces lettres de vente qui vous promettent la lune. Et quand je dis la lune, je me réfère à des promesses incroyables à tenir, du genre :

    • “Voici le guide gratuit pour toucher des revenus à 6 chiffres en moins de 2 semaines. Téléchargez-le!”
    • “URGENT: transformez vos maigres économies en une fortune à 6 chiffres grâce à cette action. Rien qu’en 7 jours.”

Vous pourriez croire à ces belles promesses et vous laisser tenter.

Le problème, c’est que votre intérêt déclinera au fur et à mesure que vous recevrez la même soupe chaque semaine. Encore et encore.

Il en restera un sentiment désagréable, celui de vous être fait avoir… Et vous n’êtes pas près d’oublier cet épisode de sitôt.

Est-ce que vous pensez écrire une copy de ce style après çà?

Selon moi, c’est une limite à ne jamais dépasser en Copywriting.

Humour

Copy humoristiqueEt une autre mauvaise copy pour finir: la copy humouristique.

Beaucoup de gens estiment qu’une copy bien rédigée doit contenir de l’humour.

Après tout, l’humour fait partie de notre quotidien. Donc, si vous comptez mettre une bone dose d’humour dans votre contenu, allez-y!

Votre client appréciera …

… ou pas.

En fait, il y a deux problèmes avec l’humour.

Tout d’abord, il y a différents types d’humour. Certaines personnes sont cyniques, d’autres sarcastiques. Ou bien il y en a qui adorent les blagues sur les blondes… tandis que d’autres les fuient.

En d’autres termes, vous ne pouvez jamais être sûr à 100% que tout le monde va rire de la même chose.

A moins que vous connaissiez bien vos clients ou lecteurs … évitez de faire de l’humour svp.

J’ai fait, une fois, l’erreur en écrivant une accroche. Elle était quelque peu provocative, mais je l’avais fait exprès afin d’attirer l’attention. Et je la trouvais drôle aussi.

Lorsque je l’ai soumise pour relecture, on m’a dit qu’elle était ‘insultante’.

Parfois, il vaut mieux ne pas prendre de risque. Surtout, si cela peut réduire à néant le message de votre contenu.

Second problème: quand vous écrivez une copy, le but recherché est que les gens cliquent et achètent votre produit. Mais d’une certaine manière, dépenser votre argent n’est jamais l’expérience la plus drôle à vivre.

Par exemple, chaque fois que vous allez faire du shopping, est-ce qu’il vous arrive d’arborer votre plus beau sourire au moment de payer?

Non, pas forcément car c’est l’une des décisions les plus importantes à faire au quotidien.

Surtout, si vous êtes fauché.

Sincèrement, je ne plaisante pas.

Ecoutez votre Ego et … vous écrirez une mauvaise copy

Bad CopyTout le monde a finit par écrire ce genre de copy. Ce n’est pas si grave que ça.

Cependant, c’est problématique si cela devient une habitude.

S’il vous est déjà arrivé d’écrire des copies de ce style, alors posez-vous la question suivante:

-est-ce que j’écris pour moi-même ou pour les autres (c.à.d. mes clients)?

Le Copywriting, c’est l’art de se mettre à la place de l’autre. Et d’éviter de se vanter pour un oui ou pour un non.

En d’autres termes, épargnez vos clients et ne leur envoyez jamais de copies poétiques, sophistiquées ou hilarantes.

Tout ce dont ils ont besoin, c’est une copy qui convertit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.