Comment surmonter le syndrome de la page blanche

Comme tout blogger ou copywriter, je souffre parfois du syndrome de la page blanche.

Il y a des moments où je n’arrive pas à écrire. Aucune idée. Aucune inspiration. La page blanche. Je n’avance pas et ne produis rien.

Ou bien je n’ai pas envie d’écrire. Tout simplement. Juste parce que ce n’est pas le BON moment.

A mes débuts, je passais pas mal de temps à contempler mon écran d’ordinateur.

Je ne savais pas par où commencer. Pire même: je finissais pas écrire le même paragraphe encore et encore.

Mais avec le temps, j’ai appris et développé quelques techniques qui m’ont aidé à surmonter cet état d’esprit pour le moins nocif.

Je ne gaspille plus mon temps comme avant. Et c’est la raison pour laquelle je souhaiterais vous faire part de ces astuces (juste au cas où vous êtes désespérément à la recherche de soutien).

Car ce qui compte, c’est de ne pas s’arrêter d’écrire, pas vrai?

Les causes du syndrome de la page blanche

causes du syndrôme de la page blancheTout d’abord, penchons-nous sur les principales causes du syndrome de la page blanche…

1. Timing : comme je l’ai dit plus haut, ce n’est jamais le bon moment. Parce que vos idées ont besoin de temps pour prendre forme. De bonnes idées peuvent vous traverser l’esprit à un moment ou un autre, durant la journée. Pas forcément, en face de votre ordinateur.

2. Peur : il se peut que vous ayez peur d’écrire. C’est plus fort que vous : vous imaginez vos lecteurs en train de ricaner ou de se moquer de votre copy. Rien que d’y penser vous donne la chair de poule.

3. Perfectionisme : chaque fois que vous rédigez du contenu, ce n’est jamais assez bien.  Peu importe ce que vous écriviez, votre copy ne répond pas à vos exigences. Vous avez des attentes si grandes que vous n’arrivez à rien.

4. Burn-out : cela fait quelque temps que vous êtes épuisé et vous ne savez plus où donner de la tête. Pas étonnant que vous ayez le syndrome de la page blanche…

5. Distractions : ou bien il y a quelque chose qui cloche avec votre environnement de travail. Vous êtes cerné par le bruit, vos collègues qui vous demandent de l’aide, vos enfant surexcités qui courent partout , ou bien vous avez cédé au pire: les réseaux sociaux.

Si vous vous trouvez dans une situation similaire, alors il est temps de passer à l’action.

Solutions pour surmonter le syndrome (1)

solutions-pour-syndrôme-de-la-page-blancheJe ne prétends pas être un gourou, ni d’avoir LES solutions miracles.

Les solutions que je partage ci-dessous se basent sur mon expérience personnelle et mes lectures.

D’une certaine manière, je pourrais dire qu’il n’y a pas de solution qui marche à tous les coups. Chaque fois que vous faites face au syndrome de la page blanche, c’est une toute autre histoire.

Donc, tout ce que vous avez à faire c’est piocher et choisir la technique qui vous convient le mieux…

1. Ecriture libre : si vous pensez à quelque chose, là maintenant,  mettez-le sur papier. C’est l’un des meilleurs moyens pour avoir de l’inspiration. Peu importe ce dont vous parlez, cette technique réactivera votre esprit créatif.

2. Allez faire un tour : si vous ne pouvez pas écrire une seule ligne… alors bougez. Ne restez pas collé à votre écran d’ordinateur en espérant que cela se décante. Allez faire un tour et prenez l’air frais. Vous verrez ce qu’un esprit rafraîchi peut faire de beau.

3. Mettez fin à toutes formes de distractions : quelle est la plus grande source de distraction (hormis les enfants), selon vous? Oui, vous avez déjà deviné : les réseaux sociaux et la télé. Donc, éteignez tout. Et c’est réglé.

4. Brainstormez à l’aide de bullet points : c’est ma méthode favorite. Celle que j’utilise toujours avant de rédiger un article de blog. Rédigez une accroche, ajoutez-y des sous-titres et comblez l’espace blanc avec des bullet points. Vous aurez 2 ou 3 idées qui vous viendront à l’esprit très rapidement. Vous pouvez me faire confiance.

Solutions pour surmonter le syndrome (2)

SI vous n’y arrivez toujours pas, essayez ces autres astuces…

1. Utilisez votre swipe file : j’ai récemment écrit un article sur comment développer votre swipe file. Cela peut vous aider à surmonter le syndrome en question. Si l’on vous demande de rédiger une lettre de vente, ou un article de blog, consultez votre swipe file et jetez un coup d’oeil aux copies écrites par d’autres copywriters. C’est une source d’information très précieuse. Et si vous l’utilisez à bon escient, vous avancerez bien dans votre travail.

2. Débutez par une citation : beaucoup d’écrivains vous diront que le premier paragraphe est toujours le plus compliqué (à rédiger). Alors pourquoi ne pas citer une célébrité ou personnalité de votre secteur? Vous disposerez d’une jolie introduction pour votre article. Les idées s’enchaîneront par la suite.

3. Créez-vous une routine : certaines personnes adorent travailler tôt le matin. Il se peut que votre moment de prédilection soit la nuit. Qui sait? Quoi qu’il en soit, si vous développez une routine bien à vous, votre esprit s’habituera à écrire au même moment. Des écrivains de renommée mondiale ont créé leurs propres stratégies. Alors pourquoi pas vous?

“Écrivez saoûl, éditez sobre”

soyez créatifSi, malgré tout cela, vous continuez à vous débattre avec le syndrôme de la page blanche…

… alors prenez les choses avec légèreté.

Il n’y a jamais de bonne copies sans des brouillons. Sinon, ils n’auraient aucune raison d’exister.

En fait, si vous vous mettez à écrire, alors continuez autant que vous le pouvez.

Et surtout ne commencez pas à éditer tant que vous n’avez pas fini.

Beaucoup de gens tombent dans la procrastination ou bien gaspillent leur temps à corriger, éditer ou réécrire leurs toutes premières lignes.

Et quelques heures plus tard, ils en sont au même point.

Ernest Hemingway avait pour coutume de dire: “écrivez saoûl, éditez sobre”.

En d’autres termes: is vous écrivez du contenu, ne le jugez pas. Continuez.

Soyez créatif.

C’est exactement ce que j’ai fait pour cet article.

J’ai écrit ma première ébauche d’un seul jet. Le lendemain matin, je l’ai relu avec attention et ensuite réécrit partiellement.

Cela m’a pris 3 bonnes heures pour tout ficeler. Mais en fin de compte, mon article était rédigé et publié dans les temps.

Ne vous bloquez pas si vous séchez.

Écrivez.

C’est aussi simple que cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.